La Station fédérale de recherches en production végétale de Changins, par son Centre des Fougères à Conthey a réalisé dès 1989 la domestication du génépic blanc. Ce travail complexe a nécessité huit ans d'essais variétaux et culturaux. Il a été mené à terme dans la région de Liddes.

Le but, relève une publication de Changins, était de produire, de façon biologique et dans un délai raisonnable, suffisamment de plantes sèches et de bonne qualité aromatique en zone de montagne, entre 1000 et 1600 mètre d'altitude. Et ce fut là l'une des grandes difficultés de l'opération, réussir une culture bio à basse altitude avec une plante de haute altitude.

Pour préserver l'essence du génépi, il fallait produire une plante résistante aux maladies, dont notamment la rouille, riche en huile essentielle, responsable des constituants aromatiques, riche en principes amers, mais pauvre en thuyone, substance neurotoxique qui est d'ailleurs à la base de l'absinthe.

  1. Genepi doux (25°)
    Genepi doux (25°)


    Liqueur à 25° s'affirmant par un beau nez expressif; attaque souple et moelleuse, totalement dénuée d'agressivité. Version féminine de la fameuse eau-de-vie à 42°.

  2. Genepi sec (42°)
    Genepi sec (42°)


    Produit vainqueur du Prix d'Innovation Agricole Suisse 2003. Très bon digestif agréable au palais et n'irritant pas l'estomac.